Être mieux, être Soi

Le focusing

Un peu de théorie… (pas trop quand-même !)

le focusing...Eugene T. Gendlin, à la fois psychologue et philosophe, faisait partie de l’équipe de chercheurs qui entourait Rogers. Au cours de ses recherches il s’interroge : qu’est-ce qui se passe lorsque le client progresse en thérapie ? Que font les personnes qui tirent profit de leurs séances ?

Il observe que ces personnes ne font pas que réfléchir à leurs problèmes ; elles font silence et se mettent à l’écoute de ce qui se passe en elles. Elles cherchent à mieux percevoir leur expérience intérieure. En se mettant à l’écoute de ce qu’elles vivent, de nouvelles façons de voir le problème émergent, elles comprennent leur situation autrement et voient apparaître de nouvelles réponses.

C’est à partir de là qu’il a développé la démarche du focusing.

Cette démarche est tout à fait complémentaire à l’Approche Centrée sur la Personne de Rogers. L’idée est de redonner du pouvoir à la personne en l’aidant à puiser dans les ressources vivantes en elle, à se laisser guider par son expérience intérieure présente (experiencing). La vie, en nous, sait ; elle est puissante et nous fait exister. Le travail thérapeutique consiste à lui permettre de se déployer à travers nous, de permettre son mouvement afin de nous faire avancer, d’ouvrir nos ailes et ainsi dénouer ce qui était bloqué en nous, dans le corps et au niveau mental. Cette boussole intérieure, cette dimension plus profonde de nous-mêmes à laquelle nous nous connectons nous permet  d’accéder à notre sagesse intérieure.

Alors, concrètement ?

Je vous passe les étapes et termes techniques !

La personne qui pense à son problème doit d’abord se mettre en conditions ; mettre un peu ses préoccupations du moment de côtéc'est mettre le focus sur le ressenti corporel pour prendre du recul et mettre la bonne distance entre elle et le problème abordé.

Voyons le cas de Christine, 44 ans. Divorcée, elle a rencontré Marc il y a quelques mois. Tout se passe bien, c’est le grand amour et ils envisagent de vivre ensemble, mais Christine n’a pas encore rencontré la fille de Marc, Mélanie, âgée de 15 ans. N’ayant pas d’enfant, elle appréhende fort ce moment ; elle craint une hostilité ouverte de la part de l’adolescente. Cela la préoccupe au point qu’elle trouve divers prétextes pour repousser la rencontre, ce qui commence à inquiéter son ami. Je lui propose d’abord de mettre de côté les préoccupations qui l’habitent : sa mère malade, une dispute récente… elle visualise 2 grosses pierres qu’elle dispose dans une boîte à chaussures et range dans un coin de la pièce, se disant qu’elle y reviendra plus tard. Elle se sent déjà mieux, plus apaisée pour aborder l’objet de sa visite.

Ensuite, il s’agit pour la personne de laisser émerger les impressions : les sensations liées à la manière particulière dont elle vit le problème dans son corps. Ce « sens corporel » est assez flou et général au départ. Il faut se mettre en état de réceptivité, d’attention flottante, pour capter une impression d’ensemble.

Dans le cas de Christine, je l’invite à se mettre à l’écoute de son ressenti ; quel est l’effet de cette situation en elle ? Que ressent-elle dans son corps lorsqu’elle évoque la rencontre avec Mélanie ? Elle décrit alors une sensation d’abord assez vague au niveau de l’estomac. Cette sensation prend la forme d’un nœud, une corde nouée sur elle-même qui l’empêche de respirer.

focusing: un nouveau sens émerge...Puis il s’agit de préciser, de mettre le « focus » sur cette sensation (d’où le focusing) par un mot, une image… observer, décrire ce qu’on ressent. Laisser les sensations évoluer. En s’attardant sur ce ressenti corporel, de nouvelles précisions apparaissent, les choses commencent à se transformer d’elles-mêmes. Des liens se font, une orientation se dessine au fil de l’accompagnement du praticien, et un message finit par émerger. L’idée neuve, la nouvelle vision du problème transforment le sens corporel, qui finit par se dissiper.

Revenons à Christine : Invitée à préciser, à s’attarder sur cette sensation de nœud, elle décrit une corde sombre, rêche, dure, impitoyable est le mot qui lui vient. Des impressions émergent : « le nœud est si serré, je ne pourrais le défaire moi-même. Je me sens impuissante… «  « Qu’est-ce que ce nœud aurait à vous apprendre ? » Surgit alors l’image de sa mère, très autoritaire, qui la brimait et la critiquait à la moindre occasion. « Prenez votre temps, laissez les impressions apparaître… »  « Je n’ai pas confiance en moi », mentionne-t-elle. « Et j’ai toujours peur d’être mal jugée… Elle m’a toujours tellement critiquée… «  Silencieuse, à l’écoute, elle continue : « En fait, tout cela est le passé. Je n’ai qu’à être moi-même, à laisser parler mon cœur. Lâcher prise et laisser les choses se faire, mettre mes peurs et mon mental de côté. Faire confiance aux événements, me faire confiance… «  Au fur et à mesure que Christine parle, la corde se dissipe, la sensation d’oppression s’estompe. Elle se sent progressivement soulagée, dans l’ouverture et la sérénité.

focusing: le sens corporel peut se dissiper...Il n’y a plus qu’à accueillir pleinement le message (souvent surprenant !) à observer ses répercussions sur le corps, mais aussi sur la compréhension du problème de départ. Des changements peuvent se mettre en place.

Dans l’exemple de Christine, Je lui demande alors simplement d’intégrer tout ce qu’elle vient de dire. Un peu plus tard, elle me communique que la rencontre avec Mélanie s’est très bien passée.

 

En un mot, le focusing peut intervenir à tout moment dans les séances de psychothérapie, à partir du moment où la personne se sent prête à se laisser guider de l’intérieur, en écoutant ce qui se passe en elle.

Cette approche peut aussi s’utiliser de manière autonome, c’est-à-dire sans thérapeute, mais cela demande une certaine pratique. J’ai d’ailleurs fort envie de créer un atelier… le but : vous permettre de trouver seul des solutions au quotidien, en vous mettant à l’écoute de votre ressenti… une forme d’intuition, en somme, qui vous guide dans vos décisions, qui vous aide à voir clair… Si cela vous parle, dites le moi dans les commentaires !

Si vous avez des questions ou si vous souhaitez expérimenter le focusing… c’est par ici!

Photo 1 et 2: d.aniela

Photo 3: S M JOYIA

Photo 4: James Blunt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *